puceActualités par secteur

puceActeurs

puceAnalyses

 

Accueil

Selon MIESC Consulting (http://www.miesc-consulting.com), notre société d'études et de conseils en Intelligence Economique, Stratégique et Compétitive, il faut:

- maîtriser l’environnement concurrentiel, juridique et sociétal, et renforcer la compétitivité,

- sécuriser l’information,

- détecter, anticiper les menaces, les vulnérabilités et les opportunités,

- prévenir, gérer et prémunir l'organisation contre les crises.

==============================================

La lettre n°1 du 2 mai 2007

Cet observatoire des pôles de compétitivité est en relation avec son blogue afin d'emettre tout commentaire.

Dans l'attente de la transformation dynamique de ce site, les actualités générales et sectorielles sur les pôles de compétitivité peuvent être aussi consultées sur le blog correspondant (http://polescompet.canalblog.com).

L'accès aux autres informations (pôles, sources, acteurs, analyses...) est par contre possible sur ce site.

Définition

Un pôle de compétitivité se définit comme la combinaison, sur un territoire donné, d’entreprises, de centres deformation et d’unités de recherche engagés dans des projets communs au caractère innovant, et disposant de la masse critique permettant une visibilité internationale (2).

Objectifs

Le gouvernement a mis en place une politique industrielle ambitieuse et moderne, destinée à accroître la capacité
d’innovation des entreprises. Cette politique industrielle a pour but de fournir les moyens aux entreprises
d’affronter la concurrence mondiale, en s’appuyant sur les forces locales, dans nos régions.

C’est le sens de la création des pôles de compétitivité.

Les pôles favoriseront l’emploi en développant la recherche industrielle et l’attractivité de nos territoires. (2)(6)

La mise en synergie de l’industrie, de la recherche et de la formation est une source de compétitivité. (3)

L’interdépendance des secteurs d’activités, renforcée par l’avènement d’une économie de la connaissance, nécessite
de trouver des solutions rapides et globales pour relancer la compétitivité française. Ce n’est pas le moindre des
objectifs des pôles de compétitivité. (3)

La démarche des pôles de compétitivité repose sur la capacité de l’industrie française à développer ses parts de
marchés au niveau mondial. (3)

Les autorités européennes ont fixé, au sommet de Lisbonne de mars 2000, à 3% du PIB l’effort des dépenses de R&D
nécessaires.

Cela repose sur l’orientation des dépenses, l’intensité et la façon dont se réalisent les partenariats entre le
secteur public et le secteur privé. C’est l’un des motifs de la politique de développement des pôles de compétitivité.(3)

Le rapport de Christian Blanc qui démontre combien l’organisation en réseaux de territoires est un facteur décisif de compétitivité : (3)

… « Entre recherche publique et entreprises comme dans le domaine des relations interentreprises, la créativité
vient de la circulation fréquente et répétée des hommes qui diffuse les savoirs tacites : le produit nouveau
viendra de la rencontre entre un thésard et un processus industriel, entre un capital-risqueur et un chercheur,
entre un laboratoire et un marché. A longue distance, l’idée précède la relation : celle-ci s’établit sur le
fondement d’une affinité scientifique ou économique, entre client et fournisseur, entre chercheurs d’un même
domaine. Dans la proximité, la relation précède l’idée et c’est au contraire la relation informelle qui suscite la
créativité en mettant en relation les domaines scientifiques et économiques, le concret et l’abstrait, d’où
l’importance cruciale de la richesse des réseaux de territoire pour la créativité, et de son organisation pour
l’économie de la connaissance. »(7)

D’ici 2007, les moyens financiers publics dédiés au lancement et à l’accompagnement des pôles de compétitivité
atteindront 750 M€, provenant pour plus de la moitié du budget général de l’Etat (370 M€ environ) et, pour la part
restante, des établissements publics de l’Etat : Caisse des dépôts et consignations (CDC), Agence Française de
l’Innovation (ANVAR), Banque de développement des petites et moyennes entreprises (BDPME) et sa filiale (SOFARIS) (3).

La stratégie des pôles de compétitivité est de favoriser le développement et la concentration des synergies, dans
une même zone géographique et dans une même dominante sectorielle, entre des moyens et des savoir-faire
complémentaires, afin d’atteindre la taille critique permettant l’obtention d’avantages comparatifs probants dans
la compétition internationale (centres de recherche, établissements de formation, grandes entreprises et PME) (3).

Les pôles s’articulent autour d’un ou de plusieurs projets coopératifs de recherche et de développement, l’objectif
étant de déboucher, à plus ou moins brève échéance, sur une innovation génératrice d’une production industrielle ou
d’une amélioration de processus.

La mise en réseau des parties prenantes du pôle nécessite un niveau de collaboration élevé, qui ne résulte pas de
la simple juxtaposition d’acteurs et d’initiatives, mais bien de la participation au développement d’un projet
commun, bâti sur un diagnostic partagé des atouts et des ressources d’un territoire et d’un secteur d’activité (3)

Conçue comme l’un des piliers de la politique industrielle engagée par le Gouvernement dès le CIADT du 13 décembre
2002, la politique des pôles de compétitivité a pour objectif d’augmenter, à court et à moyen terme, la
compétitivité de l’industrie française. La mise en réseau des entreprises, de la recherche publique et de
l’enseignement supérieur est indispensable à la mobilisation de notre potentiel d’innovation. Les pôles de
compétitivité exploitent les relations de proximité pour tisser ces réseaux et former de véritables « écosystèmes
de la croissance ».

L’identification des pôles de compétitivité permet de concentrer les moyens de l’Etat et des agences nationales
sur les projets coopératifs les plus porteurs pour la croissance et pour l’emploi, dans un contexte de concurrence
internationale renforcée où la compétitivité de l’industrie française repose fondamentalement sur l’innovation.

Cette stratégie a été arrêtée lors du comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire
(CIADT) du 14 septembre 2004 : un appel à projets a été lancé par une circulaire du Premier ministre en date du
25 novembre 2004. L’appel à projets a été clôturé le 28 février 2005 (4).

La dynamique des pôles de compétitivité permettra à de nombreux projets portés par des entreprises d’atteindre la
taille critique, capable de leur donner un véritable positionnement international (6).

Conçus pour jouer un rôle moteur au profit du développement et de l’innovation dans notre pays, les pôles de
compétitivité ont donc pour vocation de stimuler la croissance économique et de donner aux entreprises concernées
les moyens de construire une véritable stratégie à l’exportation. Enfin, les pôles de compétitivité constituent
sans aucun doute une réponse efficace aux problèmes posés actuellement par la mondialisation (6).

C’est une véritable stratégie de redéploiement industriel qui prend forme autour des pôles.

En privilégiant l’innovation et la mise en commun des compétences, ces pôles favoriseront la croissance, la
compétitivité de l’économie française et l’attractivité du territoire national.

Ils favoriseront également l’emploi et la lutte contre les délocalisations.

En bref, les enjeux des pôles de compétitivité sont de :

- valoriser la créativité française
- développer la croissance et la compétitivité de l’économie française
- conforter sur des territoires des activités à fort contenu technologique
- accroître l’attractivité de la France
- favoriser l’emploi et lutter contre les délocalisations (6)
- favoriser le retour de la politique industrielle (6)
- renforcer les spécialisations de l’industrie française (6)
- créer les conditions favorables à l’émergence de nouvelles activités de R&D compétitive et à forte visibilité
internationale (6)

Ils bénéficieront de :

- entreprises leaders dans leur domaine (8)
- chercheurs de haut niveau (8)
- personnels qualifiés (8)
- soutiens financiers publics permettant de conduire des projets de R&D et d’innovation dans les meilleures conditions (8)

Ils permettront de faciliter :

- l’implantation d’entreprises étrangères qui bénéficieront de cet environnement technologique (8)
- la constitution d’équipes de chercheurs internationaux (8)
- le développement de coopérations technologiques avec des entreprises et centres de recherches de pôles étrangers (8)

===============================================

Ce site a été réalisé dans le cadre de notre thèse professionnelle pour l'obtention du mastère spécialisé en intelligence économique de l'EISTI:

Mastère IE EISTI

Nous remerçions les sociétés suivantes qui ont permis la réalisation de l'observatoire des pôles de compétitivités:

La société BEA CONSEIL pour le logiciel KBCRAWL pour notre surveillance de 300 sources

Bea ConseilKB Crawl

La société GRIMMERSOFT pour leur aide à l'utilisation de l'outil WORDMAPPER

Grimmersoft

La société IPARI pour leur aide à l'utilisation des outils d'analyse (iBase, Analyst's Notebook...)

IparI

La société CAPADOC pour leur aide à l'utilisation des outils STN (STN Express, STN Anavist...)

Capadoc

 

 

encre